Menu Close

Qu’est-ce que What You See ? 

 

 

What You See est un podcast d’une dizaine de minutes qui donne à voir, par une polyphonie de voix, des récits de concerts, de pièces de théâtre et de danse, mais aussi d’expositions, d’installations, de films, de livres, de séries… Les récits permettent de réinventer l’objet culturel ou artistique vu/entendu/lu, que ce soit avec uniquement des éléments descriptifs (ce que je vois), des souvenirs (je me souviens de), des images (je pense à quoi) ou encore du vécu (comment je vis avec). Le montage joue sur les points communs et les différences entre les différentes voix pour montrer la subjectivité de chaque regard et créer ainsi une communauté de voyant·e·s (spectateurs/trices, visiteurs/teuses).

 

Sa créatrice

 

 

Charlotte Imbault. Créatrice en 2017 de la revue papier bilingue (fr./angl.) watt, revue annuelle autour de la danse et de la performance qui pense l’oralité comme un outil, Charlotte Imbault a été rédactrice en chef adjointe de la revue Mouvement et a collaboré aux magazines art press et Transfuge en tant que critique d’art. Elle crée des pièces sonores qui ont été entendues à Khiasma (festival Relectures, aux Lilas), aux Laboratoires d’Aubervilliers, sur le site de la viemanifeste.com, et plus récemment au Silencio (Paris) et à la galerie Listastofan de Reykjavik. Elle mène des ateliers d’écriture et du regard autour de la danse avec le CN D et le réseau Escales en Val d’Oise

La suivre sur tumblr | Instagram

 

L’origine du podcast

 

 

C’était il y a deux ans : la compositrice minimaliste américaine Ellen Fullman était invitée dans le cadre du festival Sonic Protest, à Paris. J’avais pris mon billet, curieuse de voir se déployer dans l’église Saint Merry son fameux instrument à cordes de 20 mètres de long. La date du concert approchant, un acouphène à l’oreille droite déclaré quelques semaines plus tôt ne se calmait pas. Le jour même, je suis restée chez moi. Je ne suis pas allée au concert. Comment s’était-il déroulé ? La curiosité et la frustration grandissant m’ont fait imaginer ce projet : enregistrer la parole de quelques ami·e·s et connaissances qui s’étaient rendu·e·s au concert pour pouvoir à mon tour voir/comprendre/imaginer à travers leur voix ce qui avait eu lieu. Par l’écoute de leur récit, je voulais oublier le fait que je ne l’avais ni vu, ni entendu.