Menu Close

Qu’est-ce que What You See ? 

 

 

What You See est un podcast d’une dizaine de minutes qui donne à voir, par une polyphonie de voix, des récits de concerts, de pièces de théâtre et de danse, mais aussi d’expositions, d’installations, de films, de livres, de séries… Les récits permettent de réinventer l’objet culturel ou artistique vu/entendu/lu, que ce soit avec uniquement des éléments descriptifs (ce que je vois), des souvenirs (je me souviens de), des images (je pense à quoi) ou encore du vécu (comment je vis avec). Le montage joue sur les points communs et les différences entre les différentes voix pour montrer la subjectivité de chaque regard et créer ainsi une communauté de voyant·e·s (spectateurs/trices, visiteurs/teuses).

 

Sa créatrice

 

 

Charlotte Imbault. Créatrice en 2017 de la revue papier bilingue (fr./angl.) watt, revue annuelle autour de la danse et de la performance qui pense l’oralité comme un outil, Charlotte Imbault a été rédactrice en chef adjointe de la revue Mouvement et a collaboré aux magazines art press et Transfuge en tant que critique d’art. Elle crée des pièces sonores qui ont été entendues à Khiasma (festival Relectures, aux Lilas), aux Laboratoires d’Aubervilliers, sur le site de la viemanifeste.com, et plus récemment au Silencio (Paris) et à la galerie Listastofan de Reykjavik. Elle mène des ateliers d’écriture et du regard autour de la danse avec le CN D et le réseau Escales en Val d’Oise

La suivre sur tumblr | Instagram

 

Quelques mots de sa créatrice

 

far° festival 19 : interview Charlotte Imbault from far° Nyon on Vimeo.

 

Presse

 

Mouvement.net : “On s’installe ensuite dans le petit salon d’écoute, à l’abri entre le bar et la salle principale du théâtre. On se saisit des casques et on prête l’oreille à What you see par Charlotte Imbault. Il s’agit de paroles, de mots qui racontent les performances que nous avons vues, que nous allons voir, ou que nous ne verrons pas. Ce sont des souvenirs, ceux de témoins enregistrés à la sortie des pièces. Ils évoquent leurs expériences, leurs ressentis, leurs impressions. Les voix s’entrecroisent, se répètent, se suivent dans un montage où l’on découvre des écarts et des points communs dans l’observation. On écoute les pièces pour mieux les voir. Et, on joue à deviner les images : les textures poilues des primates et leurs yeux qui regardent de Consul et Meshie par Antonia Baehr, Latifa Laâbissi et Nadia Lauro ; les bruits de pas, la pluie et les images cinématographiques des Heures creuses de Dominique Petitgand ; les mythes, les jeunes filles contemporaines et le chaos rouge vif dans Le reste vous le connaissez par le cinéma de Martin Crimp et Daniel Jeanneteau.” Tadeo Kohan, le 22 octobre 2019 à propos du salon d’écoute What You See du week-end Sur les bords #1